Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Articles / IDM un concept naturel en constante évolution

IDM un concept naturel en constante évolution

Par Amen Souissi publié 15/11/2011 18:10, Dernière modification 23/01/2012 13:55

L'homme a toujours essayé d'automatiser ses réflexions à travers l’utilisation de la machine. Aujourd'hui, l'informatique donne une large possibilité de le faire. On a commencé par créer des machines que nous comprenons en créant le langage associé.

L'homme, avec ses connaissances limitées, mais évolutives, à réussi de formaliser puis automatiser ses connaissances à travers la programmation qui est devenue une nécessité absolue dans un monde de progrès. Cet ensemble de connaissances est devenu un héritage lourd à porter vu la diversité des technologies et langages actuels. Pour communiquer avec la machine l'homme a besoin, aujourd'hui, d’apprendre plusieurs langages et pas un seule malgré les tentatives d'unification. Ce qui présente une démarche illogique et irrationnelle.

Dans un monde où la réactivité devient de plus en plus nécessaire, la quête de la simplicité, celle du schéma inverse doit être réalisée. En effet, c'est à la machine d'apprendre le langage humain et pas l'inverse. Cela va permettre d'unifier les langages existants en un seule (le Méga-langage/modèle). Pour cela, il faudrait que le langage humain soit non ambigu. Une chose qui n'est pas très évidente de nos jours.

En conclusion, le langage machine est très complexe et ne correspond plus au besoin actuel en terme de rapidité et réactivité, le lange humain est ambigu. Il faut donc trouver un langage non ambigu facile à apprendre et qui permet une communication efficace, bref plus proche du langage humain qu'au langage machine.

La quête de la simplicité n'est pas à son commencement. En effet, depuis la création de la première machine programmable l'homme a créé le langage lui permettant ainsi d’interagir avec la machine et de lui transmettre des connaissances. Sachant que le langage machine n'est que des zéros et des uns, l'homme a dû créer un mécanisme lui permettant de passer du langage d'interaction au langage machine. Ce passage est appelé la compilation (génération de code natif). La compilation est donc une stratégie de transformations permettant de passer du langage d'interaction au langage machine. Aujourd'hui, on trouve des langages, comme Java ou C, munis avec leurs compilateurs permettant de transformer le programme d'entrée en un exécutable.

L'IDM n'est donc pas une nouveauté dans le monde de l'informatique. I'IDM n'est que l’identifiant d'un concept naturel déjà existant, mais en constante évolution. Il est la quête de la simplicité.

Aujourd'hui, l'IDM tente de remonter, encore, en abstraction (génération de code source). Le but est de faire disparaître les langages bas niveau pour faire apparaître des langages de plus en plus proches du lange humain ,facilement compréhensible et exprimant les besoins métier de l'utilisateur. Ce qui constitue le cahier des charges d'un besoin donné.

Le bute finale de l'IDM est donc de donner la possibilité à une personne donnée, sans une connaissance approfondie de la machine, d'automatiser ses réflexions.

Cette phase de l'IDM n'est pas facile à réaliser puisqu'elle demande de coder plus d'intelligence que les phases précédentes.