Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Articles / L'IDM en abstrait

L'IDM en abstrait

Par Amen Souissi publié 22/12/2011 19:25, Dernière modification 23/12/2011 09:29

Comme vue ici, d'une manière abstraite l'IDM n'est pas à sons commencement et présente une évolution et pas une innovation. C'est le résultat logique d'une certaine maturité dans le domaine de l'automatisation des procédés. Aujourd'hui nous pouvons identifier trois niveaux de langages ; les langages technologiques utiliser pour l’implémentation comme Python, Java … ; les langages techniques utilisés pour la conception comme UML et enfin les langages métier utiliser surtout pour la description et la communication comme BPMN, UEML...

Ces niveaux présentent trois espaces d'abstraction différents où le passage d'un niveau à un autre est fait souvent par une équipe d'analyseurs et de développeurs selon une stratégie de développement précise. La frontière entre ces niveaux et parfois flou celons le métier. Dans le domaine de l'informatique par exemple les deux premiers niveaux peuvent être confondus.

 

L'IDM peut être vue comme le processus de développement logiciel basé sur une stratégie de développement automatisée centrée sur le modèle. Cette stratégie permet de passer d'une manière automatique d'un niveau de langages à un autre. Chaque niveau peut comporter plusieurs niveaux d'abstraction (voire figure suivante) le passage d'une abstraction à une autre est fait par transformation de modèle. Ces transformations permettent de générer des modèles dynamiquement à partir d'un ensemble de modèles décrivant des connaissances statiques (comme les bibliothèques ou les modèles d’entrées) ou dynamiques (les modèles générer par les transformations précédentes).

 

Niveaux IDM